Qui suis-je

Je m’appelle Célia, j’ai la petite trentaine et j’habite en Suisse.

2009-2010

Je me plains auprès de ma gynécologue de douleurs intenses mais elle ne prend pas au sérieux. Après quelques temps je décide de consulter un autre gynécologue pour avoir un deuxième avis, ni une ni deux il me fait une échographie et le résultat est dans appel. Oui il y a un problème, il faut opérer. C’est soit un kyste à l’ovaire soir un tératome et il faudra peut-être enlever l’ovaire. Inutile de vous dire que je ne vais plus mettre les pieds chez cette incompétente qui comble du hasard est l’une des spécialistes en fertilité dans le seul petit centre PMA de ma ville (mais ça à l’époque je m’en balançais)

Début 2010 je me fais opérée et en me réveillant le médecin m’annonce qu c’était un tératome et qu’il y dû enlever l’ovaire mais aussi la trompe gauche. Et il me dis ne vous inquiétez pas il n’y aura problème pour avoir des enfants, une trompe et un ovaire sont bien suffisant. Donc je ne m’inquiète pas du tout vu que le projet bébé n’est vraiment pas d’actualité.

2015

Après avoir bien profité d’être rien que tout les deux avec mon chéri on décide de se lancer et j’arrête la pilule (même si je suis pas sûre d’être prête, l’angoisse de pas savoir m’occuper d’un bébé, ne pas être une super maman)

Entre temps j’ai dû changer de gynéco car j’ai déménagé et celui qui m’avait opéré est trop loin.

Mars 2016

Soit à environ 6 mois d’essai le test est positif, à ce moment là je me suis même dis: « on a vraiment de la chance, seulement 6 mois alors que d’autres attendent des années ». Je suis ravie mais je vais vite déchanter…

Je perds du sang pendant plusieurs jours et je me décide à consulter et tout de suite à l’écho le doc me dit qu’il y a un souci. Je dois m’attendre à faire une fausse couche et me donne rendez-vous dans quelques jours. On ressort du cabinet secoué mais on se dit que c’est fréquent et que la prochaine fois ça va marcher c’est sûr. Pâques arrive et lors de se week-end j’ai des fortes douleurs et je me dis que ça y est c’est ça…Je retourne au cabinet et il me dis que le taux de BHcg doit descendre pour exclure une grossesse extra-utérine.

Moi ultra confiante et persuadée, je n’ai pas mal donc ça peut pas être ça. Je dis au médecin que je pars quelques jours en Angleterre chez ma sœur. Je doit décoller le mercredi matin. Il me fait les gros yeux et me dit si le taux a baissé oui sans problème sinon impossible. J’attends le résultat par téléphone.

Mercredi matin arrive, je me prépare et je monte dans le train pour l’aéroport et là  l’assistante du médecin de dis : « Madame, désolé mais le taux a augmenté. Vous avez rendez-vous demain à la clinique pour vous faire opérée. »  Je descends du train en pleurs, je rentre et je prépare ma valise pour l’hôpital.

07 avril 2016

Mais j’y crois encore, je me dis que j’ai plus qu’une trompe il faut absolument que ce cet embryon soit ailleurs que là…désillusion…en me réveillant le doc me dis que c’était bien dans la trompe et qu’elle est sacrément abîmée.

Une de mes amies d’enfance qui est médecin (mais pas gynéco) me dis que si j’avais eu l’autre trompe il aurait probablement enlevé celle-ci lors de l’intervention.

Mai 2016

Le doc me propose 2 alternatives:

  1. Tenter de réparer la trompe (sachant qu’il y a de fortes chances de refaire une grossesse extra-utérine)
  2. Enlever la trompe et faire une FIV

Après réflexion on a choisi de sacrifier cette trompe puisque c’est ce qui nous donnera le plus de chance d’avoir un/des enfants(s).

28 Juillet 2016

Ablation de la trompe droite 😦  Et voilà comment je suis devenue l’éléphant sans trompe

Novembre 2016

FIV ICSI fin novembre en République Tchèque

22 décembre 2016

Prise de sang positive !

Février 2017

On passe le cap des 3 mois de grossesse

Avril 2017

On est à la moitié de la grossesse et on apprend que c’est un garçon

Août 2017

Kirikou est né, il est en pleine forme

Publicités